« Qu’on parle de moi en bien ou en mal…

… peu importe. L’essentiel, c’est qu’on parle de moi ». Cette citation célèbre, le saviez-vous, vient de Léon ZITRONE et je ne partage pas du tout son point de vue.

Récemment, j’ai été contacté par un journaliste pour participer à l’émission de télévision « pièces à conviction ». Je suis resté 1 heure au téléphone avec celui-ci et nous avons parlé d’immobilier et de journalisme. J’ai évoqué mes craintes sur le fait d’être dans un programme d’investigation sur l’immobilier. Au final, le journaliste a choisi un autre investisseur immobilier et je ne m’en porte pas plus mal. Pourquoi?

J’ai sondé à droite à gauche des proches et des blogueurs. La plupart des blogueurs m’ont dit « Qu’on parle de toi …. ». On m’a parlé de « buzz« . Et bien, je ne suis pas dans une même optique. Alors oui, j’aurai une publicité et une visibilité extraordinaire. J’aurai pu multiplier mon trafic de manière exceptionnelle mais il était, comme je l’ai dit au journaliste, hors de question d’être dans un programme assimilé à des investisseurs véreux. En effet, je me doute qu’on aurait parlé de pratiques douteuses dans l’immobilier et qu’il y aurait eu des caméras cachés sur des marchands de sommeil par exemple.

L’amalgame est vite fait et je suis donc plutôt satisfait de ne pas avoir été sélectionné. La raison invoquée est qu’ils ne peuvent pas faire de plateau sur bordeaux pour des raisons d’économie budgétaire. Peut être aussi qu’il n’y avait pas grand chose aussi à gratter sur moi et le journaliste l’a bien senti.

J’ai été franc envers lui et il a mes coordonnés, comme on s’est dit, pour me recontacter pour un autre programme plus adapté. Et oui, la télé ne fait pas perdre la tête à tout le monde. Était-ce une occasion unique? Le temps nous le dira car passer à la télévision n’est pas donné à tout le monde.

Comment auriez-vous réagi? Auriez-vous eu, comme moi, une méfiance légitime?