Mon expérience en tant que propriétaire de cheval de course (1/3)

Au moment d’écrire ces lignes, je suis en train de prendre conscience du parcours étonnant que j’ai vécu et que je suis en train de vivre. Avec peu de moyens à la base , j’ai été propriétaire d’un cheval de course, j’ai gagné 50 000$ au poker, je suis propriétaire de 8 appartements et je passe quelques surprises à venir. Ce blog est pour du long terme et je ne vais pas tout dévoiler même si il a déjà 8 mois. J’en garde sous la pédale. Toutes ces expériences basées sur ma vie, donc du concret, me donnent envie d’écrire un livre. J’attends d’atteindre mon objectif et je ferai la tournée des éditeurs le moment venu. Je n’ai que 33 ans …

J’aime investir et investir doit procurer du plaisir. Mon seul talent a été d’oser malgré mon contrat d’emploi jeune à l’époque. J’ose mais je suis prudent quand même comme vous allez le voir dans cet article en trois parties.

A la base, je suis un turfiste amateur. J’aime les courses de chevaux, l’ambiance d’un hippodrome, faire le papier et jouer bien évidemment. Devenir propriétaire d’un cheval de course était, pour moi, un rêve inaccessible. Et pourtant! Ma passion se concentre surtout dans le domaine du trot. C’est une discipline moins guindée que le galop et les courses sont plus régulières.

Vous allez me dire comment devenir propriétaire d’un cheval de course avec un salaire d’emploi jeune? Je ne me souviens plus combien je gagnais en francs à l’époque mais ce n’était bien évidemment pas lourd. L’entraineur avait 50% de la propriété du cheval et moi en compagnie de deux autres membres de ma famille sommes partagés les autres 50%. J’étais donc propriétaire à 16.6% plus précisément.

Je précise que vous pouvez tout autant être propriétaire d’un cheval de course en étant copropriétaire. Sur le site cheval étoile (le seul à ma connaissance), vous pouvez l’être. Je précise, de surcroît, que je ne gagne pas d’argent si vous cliquez dessus, cet aspect est purement informatif.

Mon aventure a commencé le 02 février 1997 avec la première course de GOLDARIA sur l’hippodrome de TOULOUSE.

A suivre …