Jeune investisseur: avantage ou inconvénient

La vie est telle que la jeunesse passe très vite. Trop vite! J’ai 33 ans et je ne me considère plus comme jeune alors que statistiquement si. Il faut en profiter et vivre … Mais revenons au domaine de l’investissement qui est le thème central de ce blog et plus précisément à cet article.

Je ne considère pas la jeunesse comme un défaut. J’ai commencé à investir très tôt vers 19 ans en étant propriétaire d’un cheval de course puis à 23 ans pour mon premier achat immobilier. Mes premiers investissements locatifs ont eu lieu à l’âge de 27 ans. A cet âge là, être bailleur peut ne pas être évident. Pourquoi je considère la jeunesse comme un atout? Vous pouvez faire une erreur d’investissement, vous aurez toute la vie pour la rattraper. Propriétaire d’un cheval de course a été un échec mais m’a formé pour la suite de mes investissements. Je n’avais mis que l’argent dont je n’avais pas besoin. En cas d’échec, je pouvais me retourner assez facilement et cela a été le cas. De plus, en étant jeune, vous avez un horizon d’investissement large. Court, moyen ou long terme sont autant de possibilités. A 50 ans, le long terme est à bannir. Et vous pouvez même allier le côté spéculatif à l’investissement long terme. Enfin, la jeunesse est synonyme d’audace, de courage. Pour gagner de l’argent, et beaucoup, il faut prendre des risques. Un investisseur mature n’en prendra plus ou peu. Logique, ce n’est plus dans son intérêt. La force de la jeunesse, ce sont tous ces éléments.

Mais être jeune, c’est aussi être intrépide, casse cou, vouloir s’enrichir trop vite! Dans une société d’image comme la notre, où on nous vend du rêve avec de l’argent facile, le risque de l’erreur est grand. L’argent facile n’existe pas sans une bonne éducation financière au préalable. Mieux vaut mettre de l’argent dans un bon livre ou une bonne formation plutôt que dans un produit miracle. Oups, j’ai l’impression d’être un vieux con en disant cela … . Enfin, la jeunesse manque d’expérience. Mais pour en avoir, il faut aller dans la pratique. Cela peut provoquer des erreurs (comme pour moi) mais si vous n’avez pas joué votre va-tout de suite et si vous êtes malins, de belles perspectives sont possibles.

Les meilleurs investisseurs ont eu des échecs. Les meilleurs marketeurs n’en ont jamais eu. Apprenez comment vous allez réussir plutôt que combien vous allez gagner! Bonne éducation financière et on en parle dans 10 ans!