Investir dans l’immobilier en espagne: avantages, risques et pièges

C’est fait, j’ai réservé un petit appartement sur la costa brava, face à la mer, avec sa terrasse pour manger quelques tapas le soir. Cela me tarde mais je ne suis pas encore en vacances.

Quand j’y serai, j’étudierai la possibilité justement d’acheter un appartement comme résidence secondaire mais aussi pour le louer. Il y 2 ans, j’étais déjà en vacances sur la costa brava et j’avais regardé les prix. Là, je vais de nouveau les regarder sur les zones qui me plaisent. Je n’achèterai pas s’il n’existe pas un retour sur investissement intéressant. Si j’achète, cela ne sera que dans 2 ans minimum. Toute le monde sait que l’Espagne a connu une bulle immobilière et qu’elle est en train de se dégonfler. Des opportunités vont peut-être être possible donc j’observe et je me renseigne.

Pourquoi l’Espagne?

En plus des opportunités financières, l’Espagne n’est pas loin de Bordeaux. J’ai regardé en France les prix sur le bassin d’Arcachon et sur la côte basque et j’ai vite compris que je n’y investirai pas. Prix + rendement faible ne m’ont pas convaincu. La costa brava est une partie de l’Espagne que j’aime et que beaucoup de français aiment aussi. La demande locative saisonnière sera forcément présente.

Quelle cible?

Je vise un studio. Rien de révolutionnaire donc. Cependant, il devra se situer face à la mer avec une terrasse. Ma prédilection des petites copropriétés sera mise à mal mais sait-on jamais? Avec ces prestations, je cible un produit de 50 000 euros.

Pourquoi 50 000€?

Avec ce prix, je me permets d’avoir un rendement correct et de pouvoir profiter de l’appartement. Les loyers pour ce type de bien dans les zones géographiques que je souhaite se situent entre 400 et 500 euros la semaine en pleine saison. De plus, ce prix est psychologique. Tous mes studios dans le centre de Bordeaux n’ont jamais dépassé ce prix.

Des inconvénients?

Il en existe un certain nombre:

– Vu la distance, je sera obligé de prendre une agence immobilière vu que je n’ai pas de proches dans le coin. C’est un pays étranger. Les lois et les pratiques sont différentes. Je dois me renseigner avec sérieux sur les différences notables. Par exemple, un avocat espagnol pour toute transaction immobilière est nécessaire alors qu’en France, un notaire suffit. Je vais me renseigner aussi sur la fiscalité, les gestions de copropriété, les différences entre les provinces régionales, les pratiques financières, le financement bancaire, …

Je vais donc me renseigner à la source quand je serai sur place. Beaucoup d’informations circulent sur le net et comme je suis prudent … Quand j’aurai des informations cet été, je réalisera un article approfondi sur ce sujet. Mais si des lecteurs de cet article connaissent le sujet, j’attends avec plaisir les commentaires.