Evolution à venir des prix de l’immobilier

Nul ne sait ce qui adviendra des prix de l’immobilier français. Cependant, grâce à certaines pistes de réflexion, il est possible d’argumenter au mieux. Depuis 2004, j’ai pu observer sur des forums des avis très tranchés sur la question. Chacun annonçait un krach mais rien n’est encore arrivé en cette année 2012! Alors, les prix vont-ils baisser et allons-nous connaître ce krach immobilier tant espéré par certains? Les prix vont-ils se maintenir ou continuaient à augmenter? En tout cas, heureusement que je n’ai pas écouté en 2004 ces pseudos experts …

1- Les arbres ne montent pas jusqu’au ciel

Avec 140% de hausse en moyenne sur 10 ans, il est d’une évidence implacable que les 10 prochaines années n’offriront pas le même rendement. Pourquoi? Les prix doivent être corrélés à la réalité du terrain. Un couple avec un salaire médian et médium peut espérer un crédit sans apport de l’ordre de 180 000 euros au mieux. Avec ce montant, que peut espérer un couple dans les grandes villes à l’heure actuelle? Et si les prix montent encore, même remarque. C’est cette question que chacun doit se poser. Une personne seule, elle, n’a aucune chance désormais d’être propriétaire d’un logement correct sans apport financier au préalable.

2- Un manque de logement conséquent

Cet état de fait provoque inexorablement une pression sur les prix. Il manquerait 800 000 logements en France. L’Espagne a été en surproduction de construction ce qui amène à un krach immobilier inévitable. L’immobilier français n’est pas comparable à l’immobilier espagnol. La production de logements en France s’est révélée insuffisante en rapport avec l’évolution de notre croissance démographique, du taux d’immigration et de l’éclatement de la cellule familiale classique.

3- La fin des programmes de défiscalisation à outrance

Les dispositifs comme les lois Scellier ou De robien ont amené une pression haussière malsaine sur les prix. Des prix dans certaines villes de campagne ont été décorrélés de la réalité. Avec moins de programmes de défiscalisation, les prix vont logiquement retrouver une certaine normalité.

4- Chaque marché immobilier est différent

D’une région à l’autre, d’une ville à l’autre ou d’une campagne à l’autre, chaque cas est différent. Les marchés immobiliers sont différents car locaux et répondent à une demande particulière. L’évolution des prix peut dont être différente en France dans les années à venir. Paris peut continuer à augmenter alors que les petites villes vont baisser. Généraliser est donc une grossière erreur.

5- Des taux d’intérêt historiquement bas

J’ai la chance d’être dans une génération qui n’a pas connu des taux d’intérêt à deux chiffres. Des taux bas favorisent les transactions immobilières car le loyer de l’argent est peu cher. Des taux à 3/4% sur 20 ans sont très intéressant surtout si l’inflation devient galopante dans la décennie qui arrive. Et personnellement, c’est ce que je pense …

6- Les français et la pierre

La relation qu’ont les français envers la pierre est intéressante à analyser. Cet investissement est pour beaucoup garanti et sûr. Ce sentiment de confiance l’est pour l’immobilier au contraire des actions par exemple. Les américains n’ont pas la même conception. De ce fait, la France aime et aimera la pierre quoiqu’il arrive.

Alors, alors, qu’en penser? Personnellement, je pense que les prix vont baisser  régulièrement et sur du long terme. Ceux qui annoncent une baisse de 40% en 2 ou 3 ans ne sont pas crédibles. Je ne pense pas à un krach mais à un retour à la normale des prix dans certains marchés. D’autres, où les quartiers/villes sont recherchés et prestigieux, baisseront peu. L’emplacement est donc essentiel!!

Et vous, qu’en pensez-vous? A vous de vous mouiller!