Etat des lieux sur mon objectif: en route vers l’indépendance financière!

Petit rappel:   En 2001, j’ai acheté ma résidence principale avec moins de 10 000 euros de capital en étant stagiaire dans la fonction publique territoriale.

Etat des lieux sur mon objectif: en route vers l’indépendance financière! En 2004, je me suis lancé officiellement dans le monde de l’investissement avec l’acquisition d’une maison composée de deux appartements.

Mon objectif était d’atteindre 2500 euros nets avant impôts dans 2 ans si possible, c’est à dire le 15/03/2014. Pourquoi cette date? Je me la suis fixée car elle représente le terme des 8 ans d’une assurance-vie. De plus, avec une date butoire, je suis encore plus motivé. Si j’arrive à mes fins, cela serait une belle performance mais qu’en est-il aujourd’hui et quelles sont mes obstacles?

Sans détailler mon patrimoine, je suis en voie de réussite mais je vise désormais les 3 000 euros mensuels. La fiscalité est en perpetuelle gesticulation avec des modifications qui pénalisent les investisseurs. Taxe sur la plus value immobilière, taxe sur la plus value mobilière, hausse de la CSG, … sont désormais des boulets. En tant que citoyen, je subis la hause de la TVA, l’augmentation de différentes taxes, des impôts indirects,… Je ne parle pas du taux d’inflation qui reste élevé.

Donc 3 000 euros mensuels est désormais mon objectif. Comme je suis un fervant ardent défenseur de la diversification, voici ce que me rapporteraient mes différentes sources de revenu début 2014:

– Placements bancaires (actions, obligations, livret): un peu moins de 1 000 euros nets mensuels. Je détiendrai un peu plus de 300 000 euros sur mes différents placements. Pas mal en sachant que j’ai commencé avec moins de 10 000 euros. Maintenant le rendement ne sera pas performant. Après avoir été dans une phase de capitalisation, je suis désormais dans une phase de rentabilisation. Et c’est là que le bat blesse. Je suis à l’heure présent très et trop liquide. Si pendant les deux années à venir, le marché boursier ne m’offre pas d’opportunités, je n’arriverai pas à atteindre 1 250 euros nets mensuels que devraient me founir un tel capital. La plupart des jeunes ne pensent qu’à la phase de capitalisation, c’est à dire amasser de l’argent. Cependant, quand on veut devenir rentier, il faut bien que ce capital devienne rentable: nous sommes dès lors dans une phase de rentabilisation. Le rendement devient donc essentiel. Imaginons 300 000 euros à 3%, nous obtenons 750 euros bruts mensuels alors que 300 000 euros à 6% permet un revenu mensuel brut de 1 500 euros. Vous comprenez dès lors que le rendement est la pierre angulaire des fortunés.

Revenus locatifs: Par le remboursement de deux crédits immobiliers entre temps, j’obtiendrai début 2014 environ 1 200 euros mensuels. Maintenant, il existe là aussi un obstacle. Je compte donc sur la vente de deux produits pour génerer plus de 100 000 euros de plus value. Ce sont deux T3 (car je ne souhaite conserver que des studios et cet achat n’était que pour la plus value même si j’obtiens du 11% bruts) qui sont actuellement occupés. Et pour bien les vendre, et donc éviter une décote inutile, je dois les vendre sans locataires. Là aussi le bât blesse, puisque mes locataires sont heureux et ne comptent pas quitter les lieux de sitôt…

Blog: Dans 2 ans, je devrais obtenir 5/600 euros mensuels avec capital story. Je sais que je pourrais gagner plus, etc, mais mon but est de consolider ce blog, avoir une diversification dans mes revenus et non faire rêver les foules pour vendre tel ou tel produit. Du reste, 500 euros est une belle somme car cela équivaut, à peu près, à un loyer d’un studio!

Travail à mi temps: Si vous faîtes le calcul, je suis au minimum à 2 700 euros. Pour arrêter de travailler, cela pourraît être très bien. Cependant l’idée du travail à mi temps me plait de plus en plus. Je rajouterai 875 euros pour obtenir un joli revenu au strict minimum de 3 575 euros. Avec un salaire de  cadre, je ne travaillerai qu’en moyenne 2 jours par semaine pour 5 jours de repos. Et surtout, je n’aurai aucune responsabilité ou pression comme pour n’importe quel cadre. Intéressant. Maintenant, je pourrai faire une année supplémentaire à temps plein avec un revenu minimum de 4 450 euros et économiser pour m’arrêter de travailler définitivement ensuite. Je n’ai pas encore décidé.

Je n’oublie pas que j’aurai encore des crédits immobiliers en cours qui se termineront, ce qui augmentera du coup mon revenu mensuel à terme. De plus, comme j’aurai travaillé, j’aurai droit à une pension au final.

Voila, à cet instant T, un article très personnel. J’aurai 36 ans en mars 2014. Officiellement, je ne ferai plus partie de la population jeune. Un coup de vieux qui mérite un aménagement du temps de travail!