10 règles essentielles en bourse pour perdre moins et gagner plus

Je diffuse un article invité écrit par Joël de blog-invest. Joël aime investir et notamment en bourse. Il vous livre son expérience afin que chaque investisseur fasse les meilleurs choix en bourse.

Comme de nombreuses bonnes (ou mauvaises) idées que j’ai eu dans ma vie, ma passion pour la bourse a commencé d’un coup sans prévenir en juin 2006. Alors même que j’ignorais totalement ce que représentait des produits aussi élémentaires que actions, obligations, dividendes (distribution d’une part des bénéfices de la société pour chaque action),… je me suis imposé d’apprendre tout ce que je pouvais apprendre sur les marchés. J’ai donc fait ce que je fais toujours dans ces cas-là, j’ai ouvert un navigateur et ai lancé la page « www.google.be ».

Je suis rapidement tombé sur le site ABCBourse qui m’a vraiment permis d’acquérir le vocabulaire de base pour débuter. Un monde s’ouvrait à moi et plus j’en lisais, plus ce monde me paraissait immense mais ma motivation me poussait à aller de plus en plus loin jusqu’à ouvrir un portefeuille fictif sur euronext.com. Mon premier réflex fut d’essayer de comprendre rapidement comment gagner de l’argent en grande quantité. Je scrutais les résultats de la journée et ma surprise fut énorme lorsque je vis pour la première fois des titres varier de +3%, +5%, +8%, parfois plus et cela quotidiennement. Pendant que mon compte épargne rapportait péniblement du 2 ou 3% annuel, je pouvais capter des mouvements équivalents chaque jour.

J’ai donc recherché d’où pouvait provenir ces énormes hausses et ai découvert que ces jours exceptionnels suivaient souvent une journée de baisse exceptionnelle. J’apprendrais plus tard que ce phénomène s’appelle le retracement. Ma méthode consistait à acheter (virtuellement) les actions qui avaient le plus dévissé (baissé) durant la journée et les revendre lorsqu’ils donnaient un gain d’au moins 3%.

En étant raisonnable et en divisant mon portefeuille en 3 parties équivalentes, je pouvais au moins gagner 5% par semaine ce qui donnait, en intérêts composés, un gain mensuel de 15% ou 1200% en gains annuels. Pauvres abrutis de Bruxelles, Paris, Londres, Wall Street,… Pendant qu’ils affichaient fièrement des gains de 15% annuels, j’étais sûr d’obtenir de meilleurs résultats chaque mois! Comment autant de gens extrêmement intelligents ont-ils pu passer à coté d’une solution aussi simple?

Règle absolue: Il n’y a pas de formule magique uniquement basé sur les cours. En fait, dès que vous découvrez une formule magique technique, il est fort possible que des structures énormes de gens hyper-qualifiés ont déjà utilisé, exploité, optimisé et tué le système. Le meilleur système à mettre en place est votre expérience, vos connaissances des marchés et votre bon sens ainsi qu’un money-management en béton.

Note: Le money-management représente votre manière d’entrer dans le marché, mais surtout d’en sortir. Le trading est composé de grosses pertes, de petites pertes, de petits gains et de gros gains qui se contrebalancent. Un bon money management vous permet de couper vos grosses pertes en petites pertes. Ces petites pertes sont équilibrées avec les petits gains, ne vous restent donc que les gros gains qui feront progresser votre portefeuille.

Après deux semaines et près de 10% de gains, hormis mes positions perdantes qui sont des pertes fictives, je me suis dit qu’il était dommage de gagner de l’argent virtuel alors que je peux commencer à bâtir ma fortune en réel. J’ai donc commencé à chercher un courtier en ligne et un collègue m’a dit qu’il était chez Keytrade… 2 jours plus tard, me voici heureux propriétaire d’un compte-titre. En voyant les frais et taxes pratiqués par le courtier, 25€ par ordre + 0,17% taxes, je refais mon calcul pour 3 positions de 1500€.

1500€*0,17% + 25€ = 27,55€ pour l’entrée
1500€*3% = Gain de 45€
1545€*0,17% + 25€ = 27,63€ pour la sortie

Gain-Perte = 45 – (27,55 + 27,63) = -10,18€ de bénéfices…

(Par la suite, BinckBank est entré sur le marché belge et j’ai pu assister en direct à une guerre des prix impitoyable. Fortunéo est beaucoup moins présent en Belgique et les autres brokers quasi inexistants.)

Règle 1: N’oubliez pas les frais de courtage, les taxes, les impôts,… Il est nécessaire, avant toute décision d’entrée en position, de considérer le handicap de départ en y intégrant les frais d’entrée et de sortie. Si vous trouvez un super système qui vous permet de gagner (en moyenne) une fois sur trois 10% et de perdre 3% les deux autres fois, vous êtes gagnant en théorie mais perdant lorsque vous prenez en compte les frais. Il m’est d’ailleurs arrivé à plusieurs reprise de constater que mon compte n’avait pas évolué du tout durant le mois et de constater que mes 250€ de gains étaient en fait partis dans les poches de mon Broker.

J’avais envie de savoir quel effet cela faisait de posséder des actions, j’ai donc acheté au hasard de belles courbes, deux lignes de 2000€. C’est une sensation très étrange, j’avais la sensation que mon argent allait fondre et décupler en même temps. Je n’espérais rien de particulier tout en redoutant ce qui pouvait se produire. Cette peur était issue de toute mon éducation et de tout ce que Hollywood et le cinéma en général a pu nous raconter sur le sujet. En achetant des actions « au pif », une grande partie de cette crainte s’est effacée. Le monde ne s’est pas écroulé, l’action n’a pas dévissé de 50% une heure plus tard, la pluie ne s’est pas mise à tomber noyant le monde impie sous une immense vague,… rien.

Règle 2: Formez-vous constamment, le trading est un métier qui demande une formation poussée. Livres, blogs, forums, informations boursières,… intéressez-vous aux nouvelles économiques et aux bilans des sociétés plutôt qu’à celui qui s’est fait viré du Loft, quand va divorcer telle star ou si Grégory House finira en couple avec Lisa Cuddy,…

Je me suis donc rendu dans une librairie très connue (en 4 lettres) et j’ai acheté 2 bouquins qui semblaient à ma portée. Les ayant lu très rapidement, j’en ai acheté 2 autres puis encore et encore… et j’en achète encore et encore. J’ai découvert le stoploss, les ordres limites, le carnet d’ordre, les warrants, futures, turbos, speeders, trackers, options, obligations, fonds,… Pendant ce temps, je gagnais plus de 300€ sur mes deux lignes. En plaçant de manière extrêmement maladroite des ordres stoploss, mes positions ont été clôtures quelques jours plus tard.

Note:
– stoploss : ordre automatique qui vous permet de couper une position si elle se dirige contre vous
– ordre limite : vous permet de donner un prix ferme lorsque vous voulez acheter ou vendre
– carnet d’ordre: état instantané de l’offre et la demande
– warrants: produit à effet de levier qui vous permet de spéculer sur la valeur futur, limité dans le temps, d’une action, d’un indice, d’une matière première,… en limitant les pertes à sa valeur de départ
– contrat future: produit à fort effet de levier extrêmement dangereux car vous pouvez perdre plus que votre mise de départ
– turbos, speeders: produits qui suivent l’évolution du cours avec un seuil de déclenchement automatique (stoploss imposé) vous permettant un effet de levier.
– trackers: produit vous permettant de suivre des sous-jacents qui ne sont pas cotés en euros (comme les indices) sans aucun effet de levier

Règle 3: Coupez vos pertes, laissez courir vos gains: laissez respirer votre position. Le marché suit souvent une tendance, certes, mais les petits soubresauts (de plusieurs pourcents!!!) peuvent atteindre votre stoploss avant de vous donner des gains important. Vous risquez alors de transformer un gain potentiel en une perte réelle…

Règle 4: Pour l’achat d’actions, le stoploss ne doit jamais être déplacé vers la baisse. Sauf erreur de votre part, le fait de descendre votre stoploss sera généralement un acte impulsif et non pertinent qui aura comme résultat uniquement d’occasionner une perte plus grande.

Il était temps d’essayer quelques méthodes trouvées dans les livres. ProRealTime est un excellent programme pour tout ce qui concerne l’analyse technique. J’ai sélectionné et adapté quelques indicateurs et mis au point un système qui pouvait me rapporter pas mal d’argent en m’inspirant du triple écran d’Alexander Elder. J’attendais que les cours d’une action relativement volatile touche le bas du canal, j’achetais et attendais qu’elle dépasse la moyenne jusqu’en haut du canal. Par la suite, j’ai appris à attendre que le marché confirme sa direction vers le haut avant de m’engager.

Règle 5: Fixez-vous des règles et respectez-les. Adaptez-les quelques peu et recommencez. Au fur et à mesure de vos activités boursières, vous apprendrez à comprendre les mouvements. A chaque fois que vous estimerez avoir découvert un élément important, il sera nécessaire de relire l’ensemble de vos règles afin de vérifier si elles sont toujours cohérentes.

Règle 6: Avant 10h du matin (sur notre fuseau horaire), les marchés font n’importe quoi. En fait, c’est souvent en début de journée que les intervenants « cherchent » la tendance du jour, les cours montent et descendent souvent de manière irraisonnée à ce moment-là.

Mon système commence donc à me rapporter de l’argent et mes aller-retour me rapporte une moyenne de 200€ par mois plusieurs mois de suites (après 6 mois, j’étais à 1200€ de bénéfices pour un portefeuille de 5000€). Puisque ça fonctionnait bien, il était temps de passer à la vitesse supérieure. Et c’est à ce moment-là que j’ai tenté la spéculation sur les contrats futures…

Règle 7: Ne soyez pas trop gourmand. Privilégiez une méthode qui vous permet un gain annuel de 20% ou 30% à peu de risque par rapport à un système qui fait grimper votre compte de 100% chaque mois mais qui ferait fondre tout votre capital en 3 trades perdants.

Règle 7b: Car lorsque le marché est haussier, n’importe qui est capable de gagner de l’argent. L’important est que vous fassiez mieux que le marché de manière régulière… ou que vous obteniez un rendement correct. Si vous constatez (après quelques années à que vous faites moins bien qu’un placement à faible risque (obligations, bons d’états,…) revoyez vos méthodes et/ou investissez dans d’autres produits.

Mes bénéfices ont été totalement perdu en moins de 2 semaines. Sans compter mes quelques mauvaises tentatives sur le Forex. Les produits à fort effet de levier pour un débutant sans connaissance et avec un capital de départ minable, c’est un peu comme si on vous empruntiez une Ferrari sans avoir appris à conduire et que vous vous contentez de mettre 5 litres de carburant dans le réservoir pour limiter les coûts. Soit vous tombez en panne d’essence, soit vous vous écrasez contre le premier mur qui traverse votre route.

Comment ai-je pu me gourer à ce point? Sur mes positions actions, je me permettais des pertes de maximum 2% par ligne+frais: ça représente 150€ et mon stoploss était remonté dès que possible, généralement un ou deux jours plus tard, au niveau de la perte 0€ (frais inclus). Un contrat future sur l’indice hollandais AEX25, à ce moment-là, équivalait à une position de plus de 50.000€. En plaçant un stoploss limitant la perte à 100€, ça équivaut à un mouvement négatif de l’indice de 0,20%… En une dizaine de position, c’en était terminé de mes rêves de fortune (mes positions tenaient maximum 15 minutes contre plusieurs jours pour les actions). Un aller-retour sur les actions Mittal m’a permis de récupérer 200€ et repasser en bénéfice. Par la suite, tous les indicateurs me faisaient penser que la bourse allait être mouvementée dans les quelques jours qui suivent. Nous étions en juin 2007 et j’ai préféré me retirer du marché, ce qui fut un choix des plus judicieux.

La dure réalité après un an de trading… j’ai eu de moins bons résultats qu’un compte épargne.

Règle 8: Ayez un money management en béton (comme expliqué plus haut Gain VS Pertes)

Règle 9: Adaptez votre money management en fonctions du marché et de vos objectifs. Partez d’une base qui vous semble viable, cohérente et réaliste pour l’affiner par la suite. Parfois, il ne vous manque qu’un minuscule coup de pouce pour transformer un système perdant en un système qui gagne.

Après cela, j’ai acheté quelques obligations qui me semblaient intéressantes, Inbev (6,57%), BMW (4,5%) ainsi que quelques parts dans des parcs éoliens de la région (6% annuel et pas de taxes) et j’ai laissé la spéculation de coté en me focalisant sur mon épargne et mon business « après-journée ».

C’est vers le mois de juin 2010 que j’ai recommencé à me former et à passer des ordres en bourse… La plus grande partie de mon portefeuille boursier est actuellement attribuée au long terme (un an minimum).

La bourse est une montagne, vous pouvez tenter de passer par des chemins plus ou moins raides. Sur le chemin plus long, vous arriverez très tard au sommet mais vous risquez moins de tomber dans un précipice. En chemin, vous trouverez des sentiers qui seront tantôt des raccourcis, tantôt des détours: avec le temps, vous apprendrez par vous même à les reconnaître. Si vous tentez l’escalade par les parois abruptes, il est nécessaire d’être bien préparé, d’avoir les outils adéquats et un guide…

Règle 10: N’abandonnez pas.

Je remercie Joël de cet article complet. Si vous avez été intéressé par celui-ci, son blog « blog-invest » vous attend les bras ouverts. De plus, si vous avez des questions ou remarques, Joël s’est engagé à répondre le plus honnêtement possible.

Enfin, si vous voulez réaliser un article invité sur le domaine de l’investissement, contactez moi.